Pourquoi le journalisme ? Pourquoi l’avoir choisi, comment s’y attache-t-on ? Et que fait-il des journalistes, que deviennent-ils avec le temps ? Ce livre prend à témoin deux extrêmes : des reporters de guerre et des présentateurs de journaux télévisés. Après analyse d’une cinquantaine d’autobiographies et de longs entretiens, les auteurs racontent un attachement au métier pour les émotions qu’il suscite et renouvelle, par les ressentis forts entrainés dans le travail de l’actualité. Vibrer, éprouver, partager, l’intensité des émotions est une raison évidente, même si elle n’est pas si facile à reconnaître. Les auteurs poursuivent en montrant que le ressenti d’émotions n’est pas qu’un motif de satisfaction, il est aussi – et surtout – un moyen de travail : parce qu’il fait confiance à sa part émotionnelle, le journaliste parvient à analyser, discriminer, épurer, clarifier, choisir l’information pertinente ; il construit et se reconnaît dans les valeurs qui l’attachent au journalisme.

Ressentir est le sel du métier, mais c’est aussi son sens, le moyen de faire sens : faire de son corps et de son esprit la plaque sensible du monde en train de se faire pour parvenir à transmettre une part de rationalité.

Florence Le Cam est titulaire d’une chaire de journalisme à l’Université libre de Bruxelles. Membre du Centre de recherche en Sciences de l’information et de la communication (ReSIC-ULB) et d’Arènes (Université de Rennes 1), elle étudie la construction sociohistorique et contemporaine des identités journalistiques.

Denis Ruellan est professeur en Sciences de l’information et de la communication à Sorbonne Université, directeur adjoint du Celsa, membre du Gripic. Ses recherches portent sur la construction collective de l’identité professionnelle des journalistes et le reportage en zone de conflit.

 

 

Vous avez manqué les dernières publications du ReSIC? Retrouvez 👇 la 📽 où Florence Le Cam parle du livre "Emotions de journalistes", co-écrit avec Denis Ruellan.

Geplaatst door Resic op Donderdag 28 maart 2019