Recherche sur le site


Actualités

Les médias belges, encore très loin de la parité

  • 8 mars 2021

Dans le cadre du du Projet mondial de monitorage des médias (GMMP) organisé en septembre dernier, une équipe de chercheuses et chercheurs du LaPIJ a observé les médias belges afin d’analyser la place des femmes dans les médias et la présence possible de stéréotypes de genre. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le GMMP publie les premiers résultats mondiaux de cette étude, avant la parution de l’étude complète cet été. Déjà plusieurs tendances se dessinent pour les médias belges, et elles ne vont pas dans le sens d’une meilleure parité.

Les femmes restent minoritaires dans les médias belges

Tant du côté des journalistes, des présentatrices que des sources et sujets de reportages, la présence des femmes est encore largement inférieure à celle des hommes dans les médias belges, francophones comme néerlandophones. Pour les présentateur‧ice‧s, on approche doucement de la parité (44 % de femmes). En revanche, à peine un tiers des journalistes (36 %) et tout juste un quart des intervenant‧e‧s (26 %) sont des femmes.

GRAPHIQUE 1 – Présentateur‧rices, reporter‧rices et sources/intervenant‧es dans les médias (en fonction du genre)
Infogram

 

C’est dans la presse écrite que les femmes sont le plus représentées en Belgique, avec 28 % des apparitions, suivie de près par la télévision avec 26 %, puis la radio, avec seulement 20 %. Globalement, sur quatre intervant‧e‧s, on ne trouve qu’une seule femme.

Ces résultats vont dans le sens de ceux du dernier baromètre du CSA sur la diversité et l’égalité dans les programmes de dix stations de radio de Belgique francophone. Sur les 11.074 personnes intervenues sur l’une des ces antennes recensées, seules 36.3 % sont des femmes.

GRAPHIQUE 2 – Présence dans les médias en fonction du genre et du type de média
Infogram

 

Ces résultats, comparés aux autres pays de l’étude, témoignent d’une présence des femmes dans les médias belges globalement au niveau de la moyenne mondiale, avec un taux un peu plus haut s’agissant de la presse écrite (28 % contre 24 %), mais inférieur concernant la radio (20 % contre 24 %).

GRAPHIQUE 3 – Présence dans les médias par genre, comparaison Belgique/Moyenne mondiale
Infogram

 

En attendant la publication complète des résultats du GMMP 2020, les résultats de l’enquête menée en Belgique en 2015 sont à retrouver en ligne sur le site du GMMP et sur celui de l’Association des Journalistes Professionnels pour les enquêtes de 2010 et 2015.

Moins de femmes dans les rédactions

Ces résultats sont à mettre en lien avec l’étude « Être femme et journaliste en Belgique francophone », réalisée en 2018 par trois chercheuses du LaPIJ (Manon Libert, Florence Le Cam et Lise Ménalque). Le rapport soulignait la présence plus faible des femmes dans les rédactions en Belgique francophone, et pointait notamment la vision dure et masculine de la profession, les comportements sexistes, et de multiples formes de harcèlement.

Le LaPIJ coordonne, pour la Belgique francophone, l’enquête 2020 du Projet mondial de monitorage des médias (GMMP) qui est la plus vaste étude globale sur la représentation des femmes et des hommes dans les médias, menée tous les cinq ans.

L’adhésion du réseau GMMP s’étend sur plus de 100 pays sur tous les continents. Le réseau comprend l’égalité des genres et groupes de communication, les femmes dans les médias, d’associations des groupes de base des femmes et les chercheurs.